Chaque année, de plus en plus de français font le choix d’une destination étrangère pour acquérir une résidence secondaire le plus souvent, aussi destinée à la location afin de rentabiliser l’opération. En effet, l’investissement immobilier à l’étranger est une excellente alternative pour constituer son patrimoine, bien qu’il soit soumis à des règles particulières de fiscalité et de succession.
La Tunisie fait partie des destinations de choix pour investir à l’étranger. Proposant un marché particulièrement dynamique en matière d’immobilier de luxe et de tourisme, ce pays offre des garanties tout en permettant d’accéder à la propriété à des prix moins élevés qu’en France.

Bien choisir son emplacement pour investir en Tunisie

La Tunisie regorge d’endroits splendides, qui attirent les voyageurs en quête de belles plages et de structures touristiques. Si vous projetez d’investir dans l’immobilier locatif, il faut donc prendre en compte que votre futur bien aura tout intérêt à se situer dans les zones attractives en matière de tourisme. Vous augmenterez ainsi vos chances de réussir votre projet d’investissement, et de percevoir des revenus locatifs suffisants pour rentabiliser votre transaction.
Sans forcément vous limiter aux littoraux, vous pouvez aussi porter votre choix sur une grande ville à l’intérieur des terres, puisqu’il n’y a pas que la mer et le sable blanc qui séduisent les voyageurs. Si les prix des grandes villes (comme Tunis, Hammamet, Bizerte, etc.) sont évidemment plus hauts que dans les secteurs peu attractifs, ils restent tout de même abordables pour envisager d’y investir.

La réglementation en vigueur pour acheter un bien en Tunisie

Même si la Tunisie facilite les démarches pour les investisseurs étrangers, il reste tout de même de nombreuses règles à observer pour y acquérir un bien immobilier en tant qu’étranger (il est par exemple interdit aux étrangers d’acquérir un terrain agricole).
Après avoir vérifié que le bien ne présente aucune caractéristique rédhibitoire, il faudra solliciter une autorisation auprès du Gouverneur, démarche qui prend généralement au moins un an. Puis, une fois la liste des pièces justificatives fournie par vos soins, il vous suffira d’ouvrir un compte de non-résident pour finaliser votre transaction immobilière.
Devenir propriétaire en Tunisie est statut qui se mérite et qui demande de la patience. Cette démarche demeure cependant très intéressante au regard des prix qui, malgré leur hausse, restent très intéressants pour les français.

Trouvez votre bien immobilier en Tunisie

Si vous ne vivez pas sur place, il peut vite s’avérer bien compliqué de trouver le bien idéal pour votre investissement en Tunisie. Vous êtes susceptible de rater des offres intéressantes, parce qu’il est difficile de se positionner sur un achat lorsqu’on ne peut pas voir la maison ou l’appartement de ses propres yeux.
Si vous souhaitez entreprendre seul votre recherche, internet deviendra forcément votre meilleur allié. Avec les nombreuses annonces immobilières que vous trouverez, c’est un long travail de tri qui se profile, puisqu’il faudra faire la part entre ce qui vaut le coup, et les mauvaises affaires. Ensuite, vous devrez contacter les propriétaires, organiser les visites, savoir négocier le prix de vente… pas franchement simple quand on n’est pas du métier, ni même du pays.
Pour éviter de ruiner vos rêves d’investissement et de retraite paisible au soleil, vous pouvez aussi confier votre projet d’achat à une agence immobilière sur place, qui sera plus à même de vous conseiller. Même si cette démarche a un coût, elle vous fait néanmoins gagner un temps précieux et sécurise davantage votre transaction, en plus de faciliter votre organisation.
Investir à l’étranger est une démarche dans l’ère du temps, tout à fait légale, mais qui doit être correctement réfléchie afin de ne pas se mettre dans l’illégalité. En effet, vous devrez déclarer vos revenus en provenance de l’étranger pour ne pas risquer d’être accusé d’évasion fiscale, mais aussi vous renseigner sur les règles de succession afin de ne pas être pris au dépourvu le jour où il faudra statuer sur le partage de votre patrimoine